St Jean-Baptiste

Publié le par Amis de l'Eglise St Jean

   Face à la statue du patron de l'église, voici aujourd'hui celle de son homonyme,  "Jean le Baptiste, proclamant dans le désert de Judée" (Mc III, 1), celui dont Jésus dira : "En vérité, je vous le déclare, parmi ceux qui sont nés d'une femme, il ne s'en est pas levé de plus grand que Jean le Baptiste" (Mt XI, 11). Voici un organum du XIIe siècle magnifiant cette déclaration :


   Cette statue de pierre du XVIe, également classée au Patrimoine de France comme la statue de St Jacques, est vêtue de façon à nous rappeler cette description :  "Jean avait un vêtement de poil de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage" (Mt III, 4). Il porte un agneau, en référence à cette exclamation qu'il pousse lors de sa rencontre avec Jésus : "Voici l'agneau de Dieu" (Jn I, 36)

   Jean est pour les chrétiens celui qui prépare son peuple à l'arrivée de Jésus, selon cette parole : "Une voix proclame dans le désert dégagez un chemin pour le SEIGNEUR, nivelez dans la steppe une chaussée pour notre Dieu" (Is XL, 3). "Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui ; ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en confessant leurs péchés" (Mt III, 5).

   Voici le récit que St Marc nous donne de son martyr : "Hérode avait fait arrêter Jean et l'avait enchaîné en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe, qu'il avait épousée. Car Jean disait à Hérode :
- Il ne t'est pas permis de garder la femme de ton frère
   Aussi, Hérodiade le haïssait et voulait le faire mourir, mais elle ne le pouvait pas, car Hérode craignait Jean, sachant que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait. Quand il l'avait entendu, il restait fort perplexe ; cependant il l'écoutait volontiers.
   Mais un jour propice arriva lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un banquet à ses dignitaires, à ses officiers et aux notables de Galilée. La fille de cette Hérodiade vint exécuter une danse et elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille :
- Demande-moi ce que tu veux et je te le donnerai
Et il lui fit ce serment :
- Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, serait-ce la moitié de mon royaume
Elle sortit et dit à sa mère :
- Que vais-je demander ?
Celle-ci répondit :
- La tête de Jean le Baptiste
   En toute hâte, elle rentra auprès du roi et lui demanda :
- Je veux que tu me donnes tout de suite sur un plat la tête de Jean le Baptiste
   Le roi devint triste, mais, à cause de son serment et des convives, il ne voulut pas lui refuser. Aussitôt le roi envoya un garde avec l'ordre d'apporter la tête de Jean. Le garde alla le décapiter dans sa prison, il apporta la tête sur un plat, il la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Quand ils l'eurent appris, les disciples de Jean vinrent prendre son cadavre et le déposèrent dans un tombeau
"
(Mc VI, 17-29)

Commenter cet article

gilougarou 23/10/2009 10:33


Des caprices de jeunes filles qui engendrent de grands désastres... Combien de malheurs sont-ils le fait de gens qui ont oubliés de devenir adultes et qui de ce fait n'obéissent qu'à leurs envies ?