St Jacques le Majeur

Publié le par Amis de l'Eglise St Jean

   Après nous être arrêtés sur Jean, patron de l'église, voici, situé à sa gauche, "Jacques, le fils de Zébédée" (Mc III, 17), que Jésus surnomme -ainsi que son frère- "Βοανηργές, ce qui signifie fils du Tonnerre". Voici une mise en musique de cette déclaration tirée du Codex Calixtinus, ou Liber Sancti Jacobi, manuscrit du XIIe conservé à la cathédrale St Jacques de Compostelle :

 


   Sur le chapeau de cette statue de bois polychrome du XVIe, classée au Patrimoine de France, nous pouvons apercevoir les fameuses "coquilles St Jacques" , insigne du pèlerin de Compostelle.
 
   Son martyr nous est conté par St Luc : "A cette époque-là, le roi Hérode entreprit de mettre à mal certains membres de l'Eglise. Il supprima par le glaive Jacques, le frère de Jean" (Ac XII, 1-2). Eusèbe, dans son Histoire Ecclésiastique,  ajoute : "Clément, dans la septième des Hypotyposes, rapporte de ce Jacques un trait digne de mémoire ; il l'a appris de la tradition des ancêtres. Celui qui l'avait amené devant le tribunal, l'entendant rendre témoignage, fut ébranlé et confessa lui aussi qu'il était chrétien. On les emmena, dit-il, tous deux au supplice, et en chemin celui-ci pria Jacques de lui pardonner. L'apôtre réfléchit un instant : «La paix soit avec toi», dit-il, et il l'embrassa. Et ainsi tous deux furent en même temps décapités"


   Diverses traditions content le voyage fait par la dépouille de Jacques jusqu'en Galice, à Compostelle. On raconte également que sa sépulture fut redécouverte au IXe siècle par un ermite du nom de Pélage, suite à une vision... Une chose est certaine, ce lieu deviendra une destination de pèlerinage essentielle pour la chrétienté médiévale occidentale.

Commenter cet article

gilougarou 16/10/2009 09:54


Que de documentations !
Ce qui est bien quand on te lit, c'est qu'on est moins bête après.
LOL


R. 16/10/2009 19:45


Tiens, je rajoute de la musique dans l'article, ça fera aussi quelque chose à écouter !