St Jean de Rebervilliers dans la Chronologie de Beauhaire (2)

Publié le par Amis de l'Eglise St Jean

   Voici la suite de la liste donnée par la Chronologie de l'abbé J. Beauhaire. Après nous être arrêtés sur le XVIe et le XVIIe siècle, voici maintenant la période allant de 1713 à 1784 (à nouveau, le texte de Beauhaire est en italique, la consultations des archives nous amenant parfois à donner des précisions entre crochets) :

1713 - Nicolas Geinse (+1732 à 40 ans)

 

     [Sa signature dans les registres n'apparaît qu'en 1714 ;
                l'année 1713 a été complétée par le frère Louis Régnier]

1732 - Fichot
     [Sa signature donne en réalité à lire "Fichon"]

 

     [L'année 1734 a été complétée par le frère capucin Charles François de Laon]

1739 - Jean-François Charpentier
     [Sa signature apparaît dans les registres dès 1735]

 

1743 - François Bigot
     [Sa signature apparaît dans les registres dès 1739]

 

Louis-Michel Duchesne (+1782 à 80 ans)
     [Sa signature apparaît dès 1740 ;
                le registre précise qu'il est "chanoine régulier de l'ordre des prémontré"]

 

     [Il passera ainsi 42 ans au service du village]

 

1782 - Duchemin, prieur de St Barthélémy de Chartres en 1783

     [Jean Tribouilloy, prêtre au couvent de Chartres, va desservir St Jean en 1783]

 

1784 - Edme Sonnois, né à Massey (Haute-Marne) ; il ne prêta pas serment.
                                      Curé de Montigny-sur-Avre en 1809

 


   Les registres paroissiaux s'arrêtent en 1792 ; c'est donc vers d'autres sources que nous nous tournerons dans un prochain article.

Publié dans Un peu d'Histoire...

Commenter cet article

gilougarou 08/11/2009 11:38


Au fait, qu'est-ce qu'on y trouvait dans les registres?
Baptèmes, naissances, mariages, décès et puis quoi d'autre?


R. 08/11/2009 12:38


Jusqu'à la Révolution, les registres sont paroissiaux : on y trouve donc baptême, mariage et inhumation. Puis les registres deviennent des registres d'état-civil, et il y a alors
naissance, mariage et décès. C'est pourquoi les signatures des curés du XIXe siècle doivent être trouvées dans d'autres documents.