Villageois, associations et municipalité se mobilisent pour sauver l’église

Publié le par Amis de l'Eglise St Jean

Voici quelques extraits d'un article écrit pour la signature de la convention que nous évoquions il y a peu. L'article original, dans sa version intégrale, est à consulter sur www.villageinfo28.fr.

 

Convention.jpg"Il y a urgence, et tous l’ont bien compris, si rien n’est fait, l’église de Saint-Jean-de Rebervilliers menace de s’effondrer. C’est pourquoi, vendredi  en fin d’après-midi, Josiane Champagne, maire de la commune,  et son conseil municipal avaient invité les habitants, les élus, et les associations à la signature d’une  convention avec la Fondation du Patrimoine  pour sauvegarder  ce  monument.

« Le diagnostic avait été posé en 2003 par l’architecte du conseil général qui avait trouvé  l’église dans un état préoccupant,  en 2009, la situation avait été jugée alarmante , et en  avril 2010, l’église a été fermée pour des raisons de sécurité (...) Le montant des travaux s’élève à 521.417 euros HT,  deux premières tranches sont indispensables à la sauvegarde de l’édifice, elles s’élèvent à 372.606 euros Ht,  elles sont subventionnées à 80%, il reste 20% à la charge de la commune,  une  souscription est lancée pour récolter 5% des fonds nécessaires à l’obtention de l’aide de la Fondation du Patrimoine » poursuivait Josiane Champagne.

« La principale inquiétude réside  dans la charpente et le poids de la couverture du chœur. La déformation de la charpente présente un dévers  de 1.20 mètres en inclinaison vers l’ouest ce qui entraîne une forte poussée  vers la nef pouvant engendrer l’effondrement au point de rupture. La fissuration importante  de l’ensemble  du pignon et l’arrachement de la tête des contreforts latéraux entraîneront à moyen terme l’éclatement de cette façade » indiquait  l’architecte François Semichon. Patrick Riehl, vice-président de la Région, et Jean Pierre  Gaborriau, conseiller général,  ont tous les deux rappelé que l’argent public se faisait rare, mais  ont promis de se faire les avocats du projets auprès de leurs  conseils" (...)

Commenter cet article